Drôles d’oiseaux (2009)

Les drôles d’oiseaux, ce sont tous ces animaux qui nous entourent et nous ressemblent.

Pendant longtemps, je me suis attaché à traquer les tics et les grimaces des êtres humains pour arriver à deviner ce qui pouvait se cacher derrière les apparences du visage. Les animaux étaient absents de cette démarche. Quand ils apparaissaient, c’étaient plutôt des accompagnateurs que des êtres à part entière.

Impossible de ne pas voir à quel point tous ces êtres vivants sont embarqués dans une même histoire incertaine, ballottés entre le tragique et le ridicule. Les animaux partagent avec nous les mêmes aspirations, les mêmes travers, les mêmes jeux de séduction, les mêmes contraintes vitales… et finalement les mêmes galères.

Quand on se penche un peu sur les formes qui existent déjà dans la nature, on s’aperçoit que le délire est omniprésent… La création toute entière est faite d’une démesure dont on ne goûtera jamais assez l’ivresse ! Alors, s’il s’agit de rire de cette condition tragi-comique, pourquoi ne pas forcer le trait. La terre est une immense volière où se croisent et se toisent toute une série de drôles d’oiseaux…