« Les Petites Gueules d’Amour » (1982-1991)

Expressions du visage et caractères des individus…

Les activités, le travail, les défauts ou les vicissitudes de la vie n’en finissent pas de buriner notre visage, et par là même déterminent des types très marqués dans leurs physionomies, leurs caractères ou leurs appartenances sociales. Fasciné par ces rides qui transforment notre visage en livre ouvert aux yeux de tous, je guette ce pli des yeux ou ce rictus de la bouche qui vient trahir l’âme, pour dévoiler ce qui se situe au-delà des apparences extérieures.

On pourra me reprocher de dépeindre un monde qui est plutôt laid au physique ou au moral. Il est vrai que je suis troublé par tous ces personnages qui se situent à la limite de l’humain, sur la frange incertaine de la méchanceté, du cynisme ou de la bêtise…

Bien sûr, ces gens peu sympathiques, ce sont forcément les autres, nos voisins, nos proches… Mais qu’importe la ressemblance, l’identité ou l’histoire personnelle, la déchéance physique est au bout du parcours.